PARTAGER

Dans  la nuit du samedi 13 au dimanche 14 janvier courant, les éléments des Parcelles Assainies de retour d’une opération dans le cadre de sécurisation, ont effectué une descente dans plusieurs bars et auberges à Nord Foire, Diamalaye et Grand-Yoff où ils ont surpris plusieurs filles confortablement assises dans l’attente d’éventuels clients.
Après avoir décliné leur identité, ils les ont interpellés et sommés de présenter leurs carnets sanitaires. N’en détenant pas, ils les ont tous embarqué et conduit au commissariat. Interrogées sommairement, elles avaient réfuté à tour de rôle les faits qui leur sont reproché et déclarent être invitées dans ces milieux par des copains et époux.

Les mis en cause Fatou Bintou Vasnier née en 1994 à Dakar,  Khady  Bèye  née en 1998 à Dakar ont tour à tour contesté les faits qui leur sont reprochés. De même qu’Adja Sow née en 1997 à Touba. Fatoumata Bâ, née en 1995 actuellement enseignante à Thiaroye, a indiqué avoir été interpellée au Cabana club à la patte d’oie.
« Et j’étais là bas pour prendre une voiture. On est finalement entré pour manger vers 1h du matin. Et j’étais avec mon mari qui s’est manifesté mais c’est le policier qui l’a sommé de se taire. Et on m’a embarqué ».
Le maitre des poursuites a indiqué que c’était la deuxième fois que Khady Bèye se faisait arrêter pour des faits similaires.
« Pour Fatoumata Ba même si l’acte de naissance ne prouve pas qu’elle se livre à cette activité, elle a tenu des déclarations convaincantes, je sollicite sa relaxe et la condamnation des autres à 6 mois avec sursis » a-t-il dit.
L’avocat des filles, Me Iba Mar Diop, a aussi demandé la relaxe de Fatoumata Ba et une application bienveillante de la loi pour les autres.
Dans son délibéré, le tribunal a relaxé toutes les filles au bénéfice du doute, sauf Adji Sow qui a écopé de 3 mois avec sursis.