PARTAGER

Anderlecht a pris l’eau en Venise du Nord. En l’espace d’une semaine, les Mauves ont ramassé deux claques infligées par leurs principaux rivaux actuels. Zéro point engrangé, huit buts encaissés et un seul inscrit, un bilan catastrophique. Ce Sporting-là peut-il vraiment inquiéter Bruges? Charleroi peut-il prétendre au titre ou les Blauw en Zwart sont-ils “déjà champions”? L’avis de nos journalistes. Le championnat est-il déjà joué? Christophe Da Silva: “Bruges n’est pas City” Bruges a frappé un grand coup sportif et psychologique mais ses treize et huit points d’avance sur Anderlecht et Charleroi ne lui offrent (pas encore) le titre.

Heureusement, les playoffs existent. Les Blauw en Zwart ne sont pas à l’abri d’un passage à vide cette saison. L’hégémonie de Bruges en Belgique n’est par exemple pas comparable à celle de Manchester City en Premier League. Michaël Bouche: “Ascendant psychologique” En infligeant une défaite historique à Anderlecht, le Club de Bruges a fait un grand pas vers le titre. L’ascendant psychologique est du côté brugeois, c’est incontestable. Il y a désormais 13 points d’écart entre les deux grands candidats au titre.

Enfin, disons plutôt 6,5 compte tenu de la division des points par deux à la fin de la phase classique. Si pour bon nombre d’observateurs les jeux sont déjà faits, il ne faut pas aller si vite en besogne. Certes, les hommes de Leko ont désormais les meilleures cartes en main, mais le mercato hivernal a cette particularité de pouvoir les redistribuer. Anderlecht a touché le fond dimanche, alors que Bruges n’a pas encore connu de baisse de régime. Même s’il ne manifeste aucun signe d’essoufflement pour l’instant, une défaillance n’est jamais à exclure.

En football, on a déjà vu des revirements de situation improbables. A onze journées de la fin de la phase régulière et vu notre formule de championnat, il serait prématuré d’affirmer que le championnat est joué. Anthony Marcou: “Bruges sans adversaire” C’est un peu triste à écrire le 18 décembre, mais oui, l’identité du futur champion est probablement déjà connue.

Le réveil d’Anderlecht n’est visiblement pas prévu pour demain et je vois mal le Sporting enchaîner une série impressionnante de bonnes performances. Ses résultats contre les membres actuels du top 6, trois points pris sur 21 possibles, ne sont pas non plus très encourageants en vue des play-offs. Il risque aussi d’y avoir du mouvement en janvier et il faudra (encore et même si cela n’est pas vraiment permis) du temps à Hein Vanhaezebrouck.

S’est-on un peu trop vite enflammé pour Hein Vanhaezebrouck? Christophe Da Silva: “Weiler doit bien rigoler” Le bilan de Hein Vanhaezebrouck à la tête des Mauves est très insatisfaisant: il n’a jamais gagné face aux grosses équipes (Bruges, Charleroi, Genk, Standard). Certes, il a hérité d’un noyau dessiné par son prédécesseur.

Mais tout n’est pas excusable surtout quand on peut compter sur des Kara, Dendoncker, Trebel, Hanni et autres Onyekuru. Dans son coin, René Weiler doit bien rigoler… Michaël Bouche:”Pas droit à l’erreur l’année prochaine” Débarqué au Parc Astrid comme le sauveur, l’ex-coach gantois n’est pas parvenu à faire oublier René Weiler.

Ridicule en Ligue des champions, sorti de la Coupe de Belgique et en mauvaise posture pour la course au titre, le Sporting ne trouve pas la bonne carburation. D’accord, Hein VHB n’est là que depuis 2 mois et demi, ne possède pas de baguette magique et n’a pas effectué la préparation. Néanmoins, les doutes sont là. Sera-t-il vraiment capable de reproduire à Anderlecht ce qu’il a réalisé avec La Gantoise? S’il devait échouer cette saison, il ne sera pas pointé du doigt comme le principal responsable car il aura l’excuse d’avoir hérité d’une équipe en lambeaux.

En revanche, l’année prochaine, il n’aura pas droit à l’erreur… Anthony Marcou: “Le responsable, ce n’est pas Vanhaezebrouck” La question est plutôt n’a-t-on pas condamné trop vite Weiler et ses prédécesseurs ? Qui est le dernier entraîneur qui est parvenu à proposer le fameux “jeu attrayant” (on ne va même pas parler de football champagne) tant évoqué à Anderlecht? Peu importe le coach en place ces dernières années, la manière et/ou les résultats laisse(nt) à désirer. Peut-être que les vrais responsables sont ailleurs. Un peu plus haut dans la hiérarchie, par exemple.